Faire face aux nouveaux défis de santé publique liés à la surcharge pondérale et à l’obésité en Afrique de l’Ouest

Par Karin Christianson, Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, Bureau Régional d’Accra, Ghana et Lucy Billings, Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires

La sous-nutrition, qui a toujours été au centre des préoccupations de la communauté de la nutrition de l ’ Afrique de l’Ouest, a été reléguée au second plan lors d’un récent évènement intitulé ” Faire face aux nouveaux défis de santé publique liés à la surcharge pondérale et à l’obésité en Afrique de l’Ouest’’ Ce dialogue consultatif multipartite, organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) du 20 au 22 mars 2019 à Accra au Ghana, comprenait des représentants du gouvernement, de la société civile, des universités et instituts de recherche et du secteur privé. Des organisations intergouvernementales, telles la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS) étaient également représentées. Les participants se sont réunis pour discuter de la tendance à l’augmentation de la prévalence de la surcharge pondérale et de l’obésité dans les pays membres de la CEDEAO et pour proposer des interventions visant à relever ce nouveau défi sanitaire. Étant donné la nature multifactorielle de ces formes de malnutrition, la consultation entre les secteurs demeure essentielle pour prévenir de nouvelles augmentations de la prévalence

Les objectifs du dialogue étaient triples : i) évaluer la situation actuelle et examiner les facteurs qui y contribuent, ii) partager l’expérience des pays sur en matière d’initiatives prises pour traiter la question, et iii) discuter des stratégies futures de coordination multisectorielle et de responsabilité mutuelle. Au cours du dialogue, la gravité de la situation a été mise en évidence par de multiples intervenants. Une étude récente a estimé que 52 millions d’adultes dans la région pourraient être atteints d’obésité ou de surpoids (Cornelia F.A. van Wesenbeeck 2018). Pourtant, ces chiffres ne permettent pas à eux seuls de dresser un tableau d’ensemble de la coexistence de formes multiples de malnutrition (sous-alimentation, suralimentation et carences en micronutriments) qui peuvent coexister dans une même communauté, un même ménage ou même un même individu.

Les facteurs de la surcharge pondérale et de l’obésité sont communément compris, cependant, ils sont compliqués à traiter, car ils comprennent des facteurs individuels physiologiques et environnementaux externes. L’apport alimentaire ainsi que l’activité physique sont des éléments essentiels, tout comme les questions d’accès, d’accessibilité financière, de commodité et d’attrait. Étant donné que c’est en milieu urbain que le fardeau de la surcharge pondérale et de l’obésité est le plus lourd, la prise en compte des liens avec les systèmes alimentaires urbains a été considérée comme une mesure clé. Les représentants des pays ont partagé des résumés des efforts en cours pour s’attaquer aux problèmes de nutrition dans leur ensemble, y compris l’intégration de la nutrition dans les plans d’investissement agricoles régionaux et nationaux, la collaboration avec les acteurs politiques tels que les parlementaires pour accroître la visibilité et la coordination entre acteurs (en utilisant potentiellement les plateformes existantes telles que le réseau ‘Scaling Up Nutrition’). Les participants ont volontiers reconnu la nécessité d’élargir ce dialogue au-delà des ministères de la Santé et de l’Agriculture pour inclure le commerce, l’éducation, le commerce, l’agriculture, le développement et les finances, ainsi que la participation de partenaires du milieu universitaire, de la recherche, de la société civile et du secteur privé. Alors que les recommandations formelles issues du dialogue sont en cours de finalisation, un consensus s’est dégagé sur la nécessité d’accroître l’éducation nutritionnelle, d’adopter des incitations législatives pour promouvoir la consommation d’aliments produits localement et réduire la consommation d’aliments ultra transformés, et de donner la priorité à la collecte de données pour renforcer les preuves.

Transform Nutrition West Africa a identifié la surcharge pondérale et l’obésité comme un nouveau défi majeur pour la région au cours de la phase de lancement du projet à partir de l’analyse des données secondaires. Les principales priorités de Transform Nutrition West Africa, telles qu’identifiées par les parties prenantes régionales, sont conformes aux stratégies discutées au cours de ce dialogue. Il s’agit notamment : 1) de recueillir, de documenter et d’apprendre des expériences de mise en œuvre ; 2) de renforcer la capacité de collecte, d’analyse et de communication des données pertinentes ; 3) d’accélérer la couverture équitable des interventions du MICN à l’échelle ; 4) d’évaluer et de renforcer la capacité institutionnelle et le leadership/championnat pour mettre en œuvre les politiques et obliger les gouvernements à rendre compte ; et 5) ) améliorer l’efficacité des systèmes alimentaires et des chaînes de valeur pour relever les défis de la nutrition.

Un certain nombre d’activités actuelles de production et de synthèse de données   probantes dans le cadre de Transform Nutrition West Africa sont conçues en réponse à ces priorités. Trois activités actuelles axées sur la question de la surcharge pondérale et de l’obésité sont résumées ici :

  • L’étude ‘Stories of Challenge in Ghana’ (2018-2020) examinera comment la transformation économique et l’urbanisation ont affecté les environnements alimentaires ruraux et urbains, identifiera les facteurs socio-économiques qui déterminent les choix alimentaires dans différentes sous-populations vulnérables, développera la compréhension des interactions entre l’environnement alimentaire et les choix alimentaires, et identifiera les politiques et programmes qui ont influencé l’environnement alimentair
  • Une évaluation de l’intégration des données identifie toutes les sources de données représentatives à l’échelle nationale couvrant un ensemble d’indicateurs nutritionnels clés, dont six liés à la surcharge pondérale et à l’obésité. Les profils de données par pays seront disponibles sur la plateforme web Transform Nutrition West Africa en avril pour guider les utilisateurs de données dans leur sélection de sources de données et mettre en évidence les besoins en données au niveau national.
  • Une analyse secondaire des modèles spatiaux de la malnutrition multiple et des facteurs associés en Afrique de l’Ouest est en cours pour comprendre le chevauchement et la coexistence de la malnutrition chez les femmes en âge de procréer et les enfants de moins de 5 ans au niveau national et sous-national et pour identifier les facteurs communs qui influencent la malnutrition multiple en vue de l’élaboration d’un cadre conceptuel.

Référence : van Wesenbeeck, C. F.A. (2018) Démêler la sécurité alimentaire urbaine et rurale   en Afrique occidentale. OCDE, West African Papers. https://doi.org/10.1787/e0c75266-en