Répartition spatiale de multiples formes de malnutrition en Afrique de l’Ouest : Études de cas de quatre payss

Un déficit important de connaissances a été comblé grâce à l’analyse de la dynamique spatiale des diverses charges de malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans et les femmes en âge de procréer, dans des pays d’intérêt pour TNWA, notamment le Burkina Faso, le Nigeria, le Ghana et le Sénégal. Les produits sont entre autres une présentation et une note factuelle présentant la méthodologie et résumant les résultats.

Messages clés

      • De nombreuses formes de malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans (U5) et les femmes en âge de procréer (FAP) se retrouvent de plus en plus souvent au sein d’une même communauté, d’un même ménage, voire chez un même individu.
      • Le retard de croissance couplé à de l’anémie est la cooccurrence la plus fréquente chez les enfants de moins de 5 ans au Burkina Faso, au Ghana et au Nigeria.
      • Les cooccurrences de plusieurs formes de malnutrition les plus fréquentes chez les paires mère-enfant sont celle des mères anémiques ayant des enfants anémiques, et celle des mères en surpoids ou obèses avec des enfants anémiques.
      • Les facteurs contextuels de ces fardeaux multiples de malnutrition varient selon les pays, avec quelques similitudes. Lorsque la mère et l’enfant souffrent d’anémie, il est plus probable que celle-ci soit associée au paludisme, alors que lorsque l’enfant d’une femme en surpoids ou obèse est anémique, cela est plus probablement associé à de mauvaises pratiques d’hygiène et/ou d’alimentation.
      • Le double fardeau de la malnutrition chez les mères en surpoids ou obèses avec des enfants anémiques est également plus fréquent dans les zones rurales, dans les ménages plus riches et les familles avec des femmes plus instruites.